Afriland First Bank CD s.a : la BCC confirme la faillite

Les signaux étaient certes au rouge depuis quelques temps. D’ailleurs
les rumeurs persistantes faisaient état d’une situation inquiétante
sans beaucoup de précision, pour Afriland First Bank, surnommée à
l’époque « la banque des députés, des sénateurs et de hauts
fonctionnaires de l’Etat ». Au niveau du personnel et de certains
clients de cette banque commerciale qui devait devenir l’un des
fleurons des établissements bancaires en RDC, l’ambiance était morose.
Et il fallait bien attendre un jour, une décision officielle pour se
rendre à l’évidence. Et bien, c’est chose faite, depuis hier lundi 20
juin 2022. En effet, après la grande réunion tenue dernièrement à la
Banque Centrale du Congo et à l’issue d’une analyse technique
approfondie qui rassemblait les experts de l’Institut d’émission, tous
les paramètres ayant été passés sous contrôle, il s’est avéré
qu’Afriland First Bank CD s.a affichait des signes évidents d’un
déficit managérial dans sa gestion, avec à la clé une trésorerie qui a
viré au rouge.
Au regard de ce tableau sombre, qui n’augurait aucune perspective de
reprise à court, moyen et longs termes, la Banque Centrale du Congo a
pris une série de décisions. Dans un avis rendu public le lundi 20
juin 2022, la BCC informe le public que conformément aux dispositions
des articles 41 à 48 de la Loi n°003/2002 du 2 février 2002 relative à
l’activité et au contrôle des établissements de crédit, Afriland First
Bank CD s.a, est mise sous gestion administrative de la BCC. En
rapport avec cette décision, un comité d’administration provisoire
composé de sept membres, prend le contrôle de cette banque, de manière
à sauvegarder comme on le sait, les intérêts de ses nombreux
épargnants, parmi lesquels on compte des députés et des sénateurs,
ainsi que des opérateurs économiques.

Comme mesures conservatoires, la BCC a dessaisi de leurs pouvoirs de
gestion, à dater de ce 20 juin 2022, les actionnaires,
administrateurs, déposants et toute personne disposant à un titre
quelconque d’un droit sur les fonds ou avoirs conservés ou détenus par
la banque précitée, dont le Conseil d’administration et la direction
générale sont par voie de conséquence rendus inopérationnels. A cet
effet, la BCC signale d’autre part qu’il leur est substitué un comité
d’administration provisoire à qui des tâches particulières ont été
assignées. Il s’agit entre autres d’assurer la gestion courante de la
banque, de servir d’interface avec toutes les parties prenantes à la
résolution de la situation de crise qui prévaut dans la banque. Ce
comité aura également pour mission essentielle de préparer dans un
délai de 180 jours francs.
Après la chute de quelques banques commerciales, le paysage financier
congolais présage d’une morosité qu’il faut à tout prix exorciser. Il
revient donc aux établissements bancaires qui continuent à exercer
leurs activités dans notre pays, d’être plus orthodoxes dans la
gestion de leurs avoirs et d’avoir à l’esprit de ne jamais trahir la
confiance placée en elles, par de milliers de clients dont des
opérateurs économiques.
J.R.T.

Leave a Reply

Your email address will not be published.