62me anniversaire d’indépendance du Tchad : fructueux séjour de Fatshi à Ndjamena

Le Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi, était la personnalité la plus remarquée, hier jeudi 11 août 2022 à Ndjamena, lors des manifestations commémoratives du 62me anniversaire d’indépendance de la République du Tchad. En sa double qualité de Chef de l’Etat congolais et de président en exercice de la CEEAC (Communauté Economique des Etats d’Afrique Centrale), il a pris place, à la tribune d’honneur, dressée à la « Grand’Place de la Nation, aux
côtés de ses homologue tchadien Mahamat Idriss Deby, et Bissau-guinéen, Umaro Sissoko Amballo, ainsi que de l’Emir du Qatar.

Au menu du jour, il y a eu le dépôt d’une gerbe de fleurs, par le président tchadien, au Monument aux Morts en mémoire des soldats tombés sur différents champs d’honneur pour la défense du drapeau de leur pays, la décoration de l’Emir du Qatar à la dignité de Grande Croix dans l’Ordre National du Tchad, ainsi qu’un défilé militaire éclaté en trois volets, à savoir aérien, pédestre et motorisé.
Au terme du défilé, le Président Félix Antoine Tshisekedi, a répondu au rendez-vous de la diaspora congolaise résidant au Tchad, avec laquelle il a échangé, sans tabou, sur les questions relatives à la vie politique et sécuritaire au pays. Les observateurs ont noté, du début à la fin du dialogue avec ses compatriotes, une parfaite communion sur leur lecture de ce qui se passe au pays, notamment le changement de gouvernance depuis sa prise du pouvoir en janvier 2019 et les échéances électorales de 2023.
Il a bouclé son séjour à Ndjamena, où il était arrivé la veille en début de soirée, par un tête-à-tête avec son homologue tchadien, Mahamat Idriss Deby, après celui de mercredi soir, sur des questions de coopération bilatérale. Cette seconde rencontre, indique-t-on, s’est voulue l’expression de la profonde estime que se vouent les deux personnalités, ainsi que et de leur volonté de renforcer les liens d’amitié et de fraternité entre leurs peuples. La proximité entre Kinshasa et Ndjamena, comme à l’époque de Mobutu et Tombalbaye, est plus que jamais affirmée.

LP

Leave a Reply

Your email address will not be published.