«ZES» de Maluku : la ministre de la Justice sur le terrain

Reading Time: 3 minutes

« ll était important que nous descendions sur terrain pour apprécier
et voir dans quelle mesure nous pourrions nous retrouver autour d’une
table avec tous les ministres sectoriels pour que ce processus puisse
aller plus vite». La ministre d’Etat, ministre de la Justice et de
Garde des Sceaux, Rose Mutombo Kiese, exprime le samedi 11 juin 2022,
lors de sa descente à la Zone Economique Spéciale de Maluku, avec les
ministres de l’Industrie, Julien Paluku, et celui des Affaires
foncières, Molendo Sakombi. C’était pour constater l’évolution des
travaux d’aménagement de ce site, où des entreprises se manifestent
déjà, à l’instar de Pepsi, d’une usine de fabrication des matériaux de
construction, d’une usine pharmaceutique et bien d’autres.

Après avoir suivi le briefing sur la situation actuelle de la Zone
Economique Spéciale de Maluku par le ministre de l’Industrie Julien
Paluku, la ministre d’Etat Rose Mutombo Kiese a indiqué qu’elle est
dans la joie de noter é qu’il y a la volonté de part et d’autre pour
la réalisation de ce grand projet. « Bientôt, il y aura l’effectivité
de différentes sociétés qui vont s’installer sur ce site. Je suis
persuadée que leur installation pourra résoudre aussi le problème de
l’emploi. Je parie que la main-d’œuvre sera congolaise. Cela est très
important pour que les nationaux se retrouvent. Ca sera une avancée
pour nous». Elle a martelé que «l’effectivité et l’opérationnalisation
de ces différentes sociétés vont constituer une première pour la RDC
parce que nous n’avons plus d’industries montées sur place après les
pillages que le pays avait connus en 1991 et 1993. Selon elle, cette
Zone Economique Spéciale sera un bon départ pour le Président de la
République et ça sera un bon message pour la population congolaise.
C’est une manière de concrétiser toutes les promesses que le chef de
l’Etat avait faites au début de son mandat. J’encourage tout le monde
à s’y impliquer afin de booster le développement total et global de ce
grand Congo».

Nécessité de résoudre le problème à l’amiable
Selon les informations fournies par des sources
officielles, sur 192 occupants du site, 188 ont été indemnisées. Il ne
reste qu’à régler le problème avec 4 occupants. A ce stade, a précisé
le ministre de l’Industrie Julien Paluku, l’Etat congolais s’est
engagé à payer deux occupants pour rassurer les investisseurs afin
qu’il y ait zéro conflit foncier.
En effet, la ministre d’Etat Rose Mutombo a été impliquée dans ce
vaste projet par le gouvernement pour trouver une solution à l’amiable
avec les deux occupants du lieu. Ces travaux nécessitent de gros
moyens et la ministre d’Etat a assuré qu’elle va échanger avec son
collègue des Finances pour désintéresser les personnes expropriées qui
sont dans leurs droits.
« La Zone Economique Spéciale a des documents. C’est pour cette
raison que nous sommes avec le ministre des Affaires foncières qui a
la maitrise du dossier. Je crois que nous allons trouver des solutions
puisque c’est une option qui a été levée au niveau du gouvernement.
Nous ne devrions pas reculer pour la simple raison que nous voyons
l’intérêt général. Nous allons échanger avec les deux personnes à
exproprier et je pense que les négociations aboutiront », a jouté Rose
Mutombo Kiese.
Pour éviter tout conflit avec les anciens occupants, le ministre des
Affaires foncières, Sakombi Molendo, a souligné que le pilier central
du gouvernement est la numérisation du cadastre. Comme le gouvernement
congolais doit attirer les investisseurs, nous allons créer une base
des données numériques inviolables. Je confirme qu’il y aura zéro
conflit dans cette zone économique spéciale ».
A la fin de sa visite, la ministre d’Etat a exhorté les ouvriers
congolais qui sont sur le chantier à la patience sur la question de
leurs rémunérations. « Le début a toujours été difficile dans un
projet. Soyons dans la joie d’être les premières recrues. Lorsque les
entreprises vont commencer leurs activités, le gouvernement veillera
sur les conditions salariales du personnel congolais. Nous
n’accepterons plus que les travailleurs congolais soient exploités.
Les choses ont changé avec l’avènement du Président de la République,
Félix-Antoine Tshisekedi ».

Dorcas NSOMUE MPIA

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *